TRAITEMENT ANTIRETROVIRAL

Références: "Preuve pour l’action sur le VIH/SIDA et l’usage de drogue injectable BRIEFING DE POLITIQUE:

THERAPIE ANTIRETROVIRALE ET LES CONSOMMATEURS DE DROGUE INJECTABLE"
http://whqlibdoc.who.int/hq/2005/WHO_HIV_2005.06.pdf

ARV:

Les estimations de l’OMS suggèrent l’existence de plus de 13 millions d’utilisateurs de drogue injectable dans le monde (Aceijas et.al. 2004) et que, globalement, 5-10% de toutes les nouvelles infections de VIH pourraient être attribuées à l’usage de drogue injectable (UNAIDS 2004).

La domination du VIH parmi les consommateurs de drogue injectable a augmenté de12% à 60-70% en quelques années seulement (Grassly et al. 2003; De la Fuente et al. 2003).

ACCES AU TRAITEMENT ANTIRETROVIRAL

La thérapie Antirétrovirale (ARV) offre une occasion pour améliorer le pronostic et la qualité de vie des personnes vivantes avec le VIH/SIDA. Pour les usagers de drogues injectables séropositifs, la thérapie ARV pourrait être une motivation pour entrer en contact avec les services de santé, ce qui facilite la prévention, le dépistage du VIH, et l’orientation, aussi bien que les soins du SIDA, le support et le traitement. C’est également un point d’entrée pour le traitement de l'usage de la drogue et d’autres Co-morbidités, telles que la tuberculose (TB), VHB et le VHC.

Qu’est ce qu’un ARV?

La gestion du VIH/SIDA inclut typiquement l’usage de drogues antirétrovirales, qui sont des médicaments pour le traitement de l’infection par rétrovirus, principalement le VIH. Les drogues Antirétroviraux sont largement classées par la phase du cycle de vie du rétrovirus que la drogue inhibe. Différentes drogues antirétrovirales limitent la croissance et la reproduction du VIH. Lorsque plusieurs de ces médicaments, typiquement trois ou quatre, sont pris en combinaison, l’approche est connue comme la thérapie antirétrovirale hautement active, ou HAART.

HAART diminue la quantité de VIH et reconstruit le système d’immunité. Les Instituts Nationaux Americains de Santé, et d’autres organisations, recommandent de proposer le traitement antirétroviral à tous les patients du SIDA. En raison de la complexité de la sélection et la suite d’un régime, la gravité des effets secondaires et l’importance de la conformité de prévenir la résistance virale, ces organisations soulignent l’importance d’engager les patients dans les choix des thérapies, et recommandent d’analyser les risques et les avantages potentiels pour les patients avec de faibles charges virales.

SUBSCRIBE TO OUR NEWSLETTER